UN SIÈCLE DE LITTÉRATURE ALLEMANDE SUR LA GUERRE

UN SIÈCLE DE LITTÉRATURE ALLEMANDE SUR LA GUERRE

Depuis Hommes en guerre , recueil de nouvelles publié dès 1918 par Andreas Latzko, la littérature de langue allemande n'a cessé d'être imprégnée d'une inspiration pacifiste. Outre A l'Ouest rien de nouveau de Remarque, quelques livres appartenant à ce courant dénonciateur du bellicisme ont connu un certain succès : deux romans d'Arnold Zweig, Le Cas du sergent Grischa en 1927, et en 1935, à un degré moindre en raison de l'époque, L'Education héroïque devant Verdun ; Guerre , de Ludwig Renn, en 1928 ; Quatre de l'infanterie d'Ernst Johannssen, en 1929, adapté au cinéma par Georg Wilhelm Pabst. Estimés trop crûment réalistes, trop critiques, plusieurs romans ont d'ailleurs été, sous la République de Weimar, victimes de la censure et interdits de diffusion.

Parallèlement, les chroniques ou romans de tradition nationaliste, héroïsant le soldat et embellissant la guerre, ont été propagés à des mil ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon