Un Seigneur rapidement adoubé

Un Seigneur rapidement adoubé

Lorsque l'auteur publie enfin, en 1954, Le Seigneur des anneaux , il craint de le voir ignoré. À sa grande surprise, la critique est globalement élogieuse, et la contre-culture en fait un livre culte.

« J' ai très peur de la parution car je ne pourrai pas ignorer ce qu'on dira. J'ai exposé mon coeur pour qu'on le fusille », confie Tolkien à son ami, le père Robert Murray, en 1954, alors que le premier volume du Seigneur des anneaux est sur le point de paraître. Pourtant, Tolkien a déjà connu les affres de la publication, lorsque parut Le Hobbit, en 1937. L'ouvrage avait été fort bien accueilli par les critiques britanniques - parmi lesquels, il est vrai, se trouvait C. S. Lewis, grand ami de l'auteur - et américains : le New York Herald Tribune lui avait ainsi décerné son prix du livre pour enfants. Et les ventes s'étaient révélées assez bonnes pour que ses éditeurs demandent à Tolkien une suite. Comment expliquer les frayeurs de l'auteur ?

Peut-être faut-il chercher leurs origines dans les doutes qui émaillèrent les douze années de rédaction du Seigneur des anneaux : « J'ai malgré tout plutôt des appréhensions. Je dois vous prévenir que ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes