Un saint laïc

Un saint laïc

Exception tant chez les écrivains que chez les penseurs, l'auteur de L'Homme révolté a pratiqué l'humilité et a toujours fait coïncider sa vie et ses idées.

Nul ne songe plus à reprocher aux écrivains leurs contradictions : quand Verlaine hésite entre la Vierge Marie et Rimbaud, son époux infernal, quand Rousseau écrit un traité d'éducation après avoir mis ses enfants à l'hospice, nous y voyons des preuves de leur appartenance à une race humaine incohérente par essence.

Albert Camus présente un cas différent : celui d'un homme en tous points cohérent. Non seulement dans son oeuvre, où les pièces de théâtre, les romans, les traités philosophiques se répondent et s'organisent par cycle. Mais aussi dans ses engagements politiques, dans ses textes journalistiques, dans ses amitiés fidèles, dans ses amours, dans son attachement pour sa mère. Ainsi la façon dont, couronné du prix Nobel, il dédia sa récompense à l'humble professeur qui sut détecter ses talents - son instituteur Louis Germain : « Sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j'étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout ce ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon