Un roman d'Edgar

Un roman d'Edgar

Affranchis de la chronologie, les souvenirs du penseur de 98 ans se distinguent de sa fameuse « méthode » pour s'abandonner aux remous d'une pensée en gestation.

Il faut se figurer le tableau : lors d'un dîner chez Marguerite Duras, alors que la femme de Raymond Queneau fait du pied à son amant, René Clément et Jacques Tati racontent des blagues ; Georges Bataille tripote ses voisines, et Claude Roy convoite la maîtresse de maison, que Maurice Merleau-Ponty surnomme « Georges ». La qualité des convives donne l'impression que les représentants les plus illustres des arts et des humanités se sont donné rendez-vous au salon. « Au cours de ces danses, raconte Edgar Morin, des couples se faisaient et se défaisaient, et tout se terminait en nouvelles unions. »

De la part d'Edgar Morin, grand promoteur de la « pensée complexe », on ne pouvait attendre des Mémoires d'une forme classique. Leur titre (Les souvenirs viennent à ma rencontre) l'annonce clairement : cette autobiographie fait le pari de l'auto-organisation. Tournant le dos aux efforts de synthèse et de continuité du genre, Edgar Morin livre une suite discontinue de récits ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes