Un revenant

Un revenant

On ne peut avoir qu'un préjugé favorable envers le livre d'un étudiant de 23 ans portant en épigraphe une citation de Giono, dont une seule phrase vaut bien des livres. Même si l'on cherche en vain ce qui peut faire penser ici au père d'Ennemonde. Peut-être le style sec du Hussard sur le toit . Ou le lieu : Marseille. Le revenant dont, apparemment, on se serait passé, vient de faire cinq ans de prison. Il s'installe chez Sarah, il s'incruste, dormant la nuit sur une chaise. Sarah le supporte quinze jours, erre dans Marseille, puis se suicide. Ensuite, c'est Adrien, son ex, qui reçoit la visite de l'homme : celui-ci, que sa propre femme a quitté, ne dit toujours rien. Il est simplement là. Il écoute Adrien lui raconter tout ce bonheur qu'il a détruit un jour, conducteur en état d'ivresse, en jetant l'enfant du couple contre un trottoir. Mais est-il vraiment coupable ? N'existe-t-il pas une vérité que l'on a tue, au procès ? Cette ambiguïté, ainsi qu'un certain tale ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon