Un quinze août à paris. histoire d'une dépression

Un quinze août à paris. histoire d'une dépression

Le spleen baudelairien, la « maladie de la mort » selon Duras, la « vallée de l'ombre » chez Jack London, ou encore la « réévaluation de l'être » de Winnicott correspondent à ce que l'on appelle aujourd'hui la « dépression », cette affection atemporelle et souple, qui sait s'adapter à chaque génération d'êtres humains. Céline Curiol traverse des siècles de réflexions contemplatives ou neurasthéniques laissées par des dépressifs qui ont marqué l'histoire, qu'ils soient écrivains, artistes ou musiciens. Dans le même mouvement, elle retrace l'évolution de sa propre dépression, décrivant in vivo cette morne disposition quotidienne, caractérisée par un mélange d'indifférence générale et d'extrême lucidité.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine