Un quinze août à paris. histoire d'une dépression

Un quinze août à paris. histoire d'une dépression

Le spleen baudelairien, la « maladie de la mort » selon Duras, la « vallée de l'ombre » chez Jack London, ou encore la « réévaluation de l'être » de Winnicott correspondent à ce que l'on appelle aujourd'hui la « dépression », cette affection atemporelle et souple, qui sait s'adapter à chaque génération d'êtres humains. Céline Curiol traverse des siècles de réflexions contemplatives ou neurasthéniques laissées par des dépressifs qui ont marqué l'histoire, qu'ils soient écrivains, artistes ou musiciens. Dans le même mouvement, elle retrace l'évolution de sa propre dépression, décrivant in vivo cette morne disposition quotidienne, caractérisée par un mélange d'indifférence générale et d'extrême lucidité.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes