Un pseudo prend la parole

Un pseudo prend la parole

Elena Ferrante, l'auteur de la saga L'Amie prodigieuse, est un mystère, mais celui-ci se dévoile dans Frantumaglia. Dans ce recueil de textes, elle y évoque les raisons de son pseudo, de son écriture, son rapport contrasté avec la ville de Naples... « Écrire en sachant qu'on pourra orchestrer à l'intention du lecteur non seulement une histoire, des personnages, [...] mais aussi sa propre figure d'auteur, la plus vraie puisqu'elle est faite de la seule écriture, de la pure exploration technique d'une éventualité, n'est pas rien. Voilà pourquoi soit je reste Elena Ferrante, soit je cesse de publier. »

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon