UN NOM DE TORERO

UN NOM DE TORERO

Après Le Vieux qui lisait des romans d'amour, conte souriant aux accents écolos, Luis Sepúlveda a nourri de son optimisme un roman noir avec pour héros un ancien guérillero homonyme d'un célèbre toréro, sujet d'écriture d e Hemingway, Juan Belmonte. Ce Chilien possède les attributs du chevalier archétypal de gauche : fort, beau, vertueux. Il agit pour sauver sa bien-aimée, sa « Guenièvre », ex-guérillera retrouvée catatonique dans une décharge après avoir subi les tortures de la dictature. Pour se donner les moyens de la soigner, Belmonte, exilé en Allemagne, accepte le pacte que lui propose un flic très flegmatique : retourner en Amérique du Sud pour y retrouver un trésor composé de 63 pièces d'or. Or ce trésor est caché par un vieil Allemand exilé au Chili, qui n'est pas un ancien nazi... enfin pas exactement. L'auteur parvient, tout en gardant une tonalité naïve, à créer un monde où rien n'est ni noir ni blanc. Et si cette alliance des contraires débouche parfois sur des ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes