UN NOBEL FUIT L'AMÉRIQUE DE TRUMP

UN NOBEL FUIT L'AMÉRIQUE DE TRUMP

Chose promise, chose faite. L'écrivain nigérian Wole Soyinka a brûlé sa « carte verte » après l'élection de Trump. Il quitte les États-Unis, où il était attaché à l'Institut des affaires afro-américaines de l'université de New York. « Trump a surfé sur la vague de xénophobie latente qui existe dans toutes les sociétés, y compris la mienne », explique l'écrivain de 82 ans à l'AFP, comparant l'Amérique de Trump au Nigeria de 1983, qui, lors d'une crise du pétrole, avait expulsé deux millions d'étrangers. « On voyait des cohortes de réfugiés qui embarquaient dans des camions bringuebalants pour retourner dans leur pays. » Soyinka s'est installé en Afrique du Sud, à Johannesburg, où il enseignera à l'université.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes