Un mot qui insulte le peuple

Un mot qui insulte le peuple

quand le « populisme » n'est plus populaire

On entend beaucoup parler de populisme, dans la France d'aujourd'hui. Oh ! que c'est commode, ce mot, pour accuser un adversaire politique d'appâter le gogo par des flatteries et des promesses ! Mais derrière l'étiquette infamante collée sur le front d'une concurrente, on trouve bien des choses.

Clairement dérivé du latin populus, devenu peuple, le « populisme » ne dit pas quel est son rapport à ce « peuple », mot d'une ambiguïté remarquable, d'ailleurs. En latin, populus désigne les habitants d'une ville ou d'un État, et s'emploie surtout à propos de ceux de Rome. Il s'oppose d'un côté à senatus, ceux qui gouvernent, et à plebs , la foule, les classes inférieures. Cela cesse d'être vrai sous l'Empire romain, où le populus des ex-citoyens de la République est amalgamé à la plèbe. « Senatus Populusque Romanus », SPQR, résume l'intégralité politique de l'Empire romain.

On ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes