Un Hrabal royal

Un Hrabal royal

L'adaptation par Jiri Menzel de Moi qui ai servi le roi d'Angleterre trahit le roman de l'écrivain tchèque en toute fidélité.

Dans un entretien à la presse française, Bohumil Hrabal, sans doute l'écrivain tchèque le plus connu aujourd'hui après Milan Kundera, confiait : « Je suis un enfant illégitime. Ma mère a annoncé à ses parents, avec beaucoup de ménagement, qu'elle était enceinte et que son ami ne voulait pas l'épouser. Mon irascible grand-père nous a traînés dans la cour, ma mère et moi ; il a sorti son fusil et a crié en morave : "Mets-toi à genoux que je te tue !" Heureusement, ma grand-mère, qui avait le sens de l'à-propos, est sortie à ce moment-là dans la cour et a dit : "Venez manger, la soupe va refroidir." » Si l'on cherche une représentation de l'esprit « hrabalien », il tient tout entier dans cette anecdote. Et la manière dont le romancier la rapporte est à peine éloignée de celle que Hrabal use dans Moi qui ai servi le roi d'Angleterre. Un de ses chefs-d'oeuvre adapté au cinéma par son vieux complice, le réalisateur Jiri Menzel.

Une pluie de récompenses a salué le long-métrage qui a ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes