Un graphomane qui ne comptait pas

Un graphomane qui ne comptait pas

Une multitude de manuscrits, de lettres, de dessins... Cocteau laisse des archives pléthoriques, comme en témoigne le riche fonds de la Bibliothèque historique de la ville de Paris.

Ils ne sont pas si nombreux, ceux qui savent que les hauts murs de l'hôtel de Lamoignon, en plein coeur du Marais, abritent le plus bel ensemble de manuscrits, de lettres, d'archives et de livres de Jean Cocteau. La Bibliothèque historique de la ville de Paris - BHVP pour les intimes -, en dépit de son appellation restrictive, est en effet une des grandes bibliothèques littéraires de la capitale, où voisinent, entre autres, Voltaire, George Sand, Gustave Flaubert, Guillaume Apollinaire... et Jean Cocteau.

C'est d'ailleurs peu après l'achat par la ville de Paris de la bibliothèque d'Apollinaire, demeurée intacte dans son appartement du boulevard Saint-Germain jusqu'à la mort de sa veuve, qu'Édouard Dermit, fils adoptif et héritier de Jean Cocteau, décida à son tour, à partir de 1995, de confier à la Bibliothèque historique une grande partie de son héritage littéraire. Ce fonds originel a été enrichi de dons importants, en particulier de Pierre Bergé, et est régulièrement compl ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon