Un graphomane qui ne comptait pas

Un graphomane qui ne comptait pas

Une multitude de manuscrits, de lettres, de dessins... Cocteau laisse des archives pléthoriques, comme en témoigne le riche fonds de la Bibliothèque historique de la ville de Paris.

Ils ne sont pas si nombreux, ceux qui savent que les hauts murs de l'hôtel de Lamoignon, en plein coeur du Marais, abritent le plus bel ensemble de manuscrits, de lettres, d'archives et de livres de Jean Cocteau. La Bibliothèque historique de la ville de Paris - BHVP pour les intimes -, en dépit de son appellation restrictive, est en effet une des grandes bibliothèques littéraires de la capitale, où voisinent, entre autres, Voltaire, George Sand, Gustave Flaubert, Guillaume Apollinaire... et Jean Cocteau.

C'est d'ailleurs peu après l'achat par la ville de Paris de la bibliothèque d'Apollinaire, demeurée intacte dans son appartement du boulevard Saint-Germain jusqu'à la mort de sa veuve, qu'Édouard Dermit, fils adoptif et héritier de Jean Cocteau, décida à son tour, à partir de 1995, de confier à la Bibliothèque historique une grande partie de son héritage littéraire. Ce fonds originel a été enrichi de dons importants, en particulier de Pierre Bergé, et est régulièrement compl ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine