Un génie déconstruit

Un génie déconstruit

Si Chateaubriand et Sainte-Beuve voient en Pascal un génie romantique, écrivains et critiques s'interrogent aussi, au xixe siècle, sur la façon d'éditer, et de lire, une oeuvre aussi fragmentée que les Pensées.

Au xixe siècle, se construit de Pascal une image romantique qui traverse le siècle, de Chateaubriand à Sainte-Beuve, de Baudelaire à Huysmans et Barbey d'Aurevilly, et se prolonge au-delà, jusqu'à Barrès : un personnage byronien ou hamlétique, frère de Werther et de René, inquiet et mélancolique, hanté par les gouffres et les abîmes : « Les sentiments de Pascal sont remarquables, écrit Chateaubriand, surtout par la profondeur de leur tristesse, et par je ne sais quelle immensité : on est suspendu au milieu de ces sentiments comme dans l'infini. » Dans une lettre à Fontanes, Chateaubriand fait même de l'auteur des Pensées un exemple de mélancolie qui infirme la théorie de Mme de Staël sur le tempérament ossianique des gens du Nord : « Ni l'Angleterre ni l'Allemagne n'a produit Pascal ni Bossuet, ces deux grands modèles de la mélancolie en sentiments et en pensées. »

Sainte-Beuve va plus loin encore dans le romantisme, puisque, en cherchant l'essence du ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes