UN EXEMPLE DE LA TOXICITÉ DES MÉDIAS

UN EXEMPLE DE LA TOXICITÉ DES MÉDIAS

Je suis une des vingt principales victimes de la Ligue du Lol, et cela a eu un impact sur ma carrière de journaliste débutante. Cette bande de trente journalistes, communicants et pubards parisiens ont cyberharcelé, entre 2009 et 2013, des professionnels de la presse et des blogueurs, femmes, LGBT ou personnes issues des minorités visibles. À l'époque, j'étais identifiée comme une journaliste féministe. Dans mon témoignage sur Slate, je raconte comment le cyberharcèlement se répétait : il passait par des blagues en 140 caractères, des commentaires injurieux, des remarques sur ma sexualité, que ce soit sur Twitter ou sur mon blog. J'ai connu les terribles « raids », au cours desquels leurs followers se rameutaient pour critiquer ce que j'étais ou faisais. Cela pousse à la faute et influe sur la confiance en soi.

POUR UNE JUSTE REPRÉSENTATION DES FEMMES

L'équipe de la Ligue du Lol fonctionnait en boys' club fermé : ils avaient des jobs intéressants, étai ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article