Un enfant du plaisir

Un enfant du plaisir

Né de la chanson et de l'esprit frondeur de la foire etdes forains sous Louis XIV, le vaudeville a mis deux siècles pour s'imposer comme genre libre et autonome.

Dans son Art poétique (1674), Boileau désigne par « vaudeville » un simple air à boire ou couplet mordant lancé par quelque chansonnier : « Le Français, né malin, forma le Vaudeville ;/Agréable indiscret, qui conduit par le chant,/Passe de bouche en bouche, et s'accroît en marchant./La liberté française en ses vers se déploie,/Cet enfant du plaisir veut naître dans la joie. »

Le vaudeville serait-il né à la fin du XIVe siècle en Normandie, dans le val de Vire, sous la plume du poète populaire Olivier Basselin ? Ses « vaux-de-Vire » d'esprit bachique, publiés en 1610, seraient à l'origine du mot. À moins que « vaudeville » ne dérive des « voix de ville », chansons populaires urbaines opposées aux airs de cour. Autre étymologie possible selon Le Grand Robert de la langue française : « vauder » (« tourner » en dialecte normand) et « virer ». Forme urbaine, le vaudeville alimente la sociabilité. Ainsi le définit le Trésor de la langue française ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon