Un conte coupé-cousu

Un conte coupé-cousu

Ceux qui hésiteraient devant la notion de romancier conceptuel sont vivement invités à lire l'Américain Mark Z. Danielewski, parangon de l'espèce.

En 2000, il publiait La Maison des feuilles, qui pourrait se décrire comme un compte rendu d'exploration fantastique : un photographe achète une maison et découvre, derrière une porte qui devrait donner sur le jardin, un labyrinthe infini qui ne cesse de se reconfigurer. Le livre témoignait de ce métamorphisme en usant de multiples artifices visuels (calligrammes, textes se déroulant en parallèle, inscrits en miroir) et par l'insertion de codes que les passionnés se sont épuisés à éclaircir. On pouvait alors parler d'« avant-garde » sans craindre de donner dans ce que Julien Gracq appelait la « critique de gaillard d'avant » - où l'on crie nouveauté comme les vigies d'antan criaient « terre ».

Après s'être fourvoyé dans le très hermétique O Révolutions, Mark Z. Danielewski revient avec L'Épée des cinquante ans, texte témoignant toujours de sa fantaisie graphique, mais parfaitement intelligible. Il s'agit même d'un conte pour enfants, avec cinq orphe ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine