Un colosse aussi fêté que snobé

Un colosse aussi fêté que snobé

Immense best-seller dès sa sortie, le roman a longtemps été regardé de haut par l'élite des lettres. Curieusement, c'est aujourd'hui l'Éducation nationale qui l'ignore.

victor Hugo a-t-il réussi, avec Les Misérables, son pari de s'adresser à tous, de réconcilier les lettrés et le grand public, de fonder le peuple de demain ? Oui et non. Du côté du grand public, l'affaire est entendue : on connaît l'histoire des typographes pleurant en composant ses pages, des ouvriers se cotisant pour s'acheter à plusieurs les dix volumes exorbitants de l'édition originale, des foules faisant le pied de grue dès 5 heures du matin le jour de la sortie de « Cosette » et de « Marius » devant le vaste magasin de Pagnerre, l'éditeur de la rue de Seine dont la boutique était tellement remplie de volumes que l'on craignait pour les structures de l'immeuble. Et l'émeute à l'ouverture, l'intervention des sergents de ville pour rétablir l'ordre, la rue bloquée toute la journée, la famille de l'éditeur au bord de l'évanouissement, l'imprimeur n'en revenant pas : « Jamais pareil fait ne s'était produit dans les annales de la librairie. » Chose extraordinaire, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article