Un coffre à jouets du futur

Un coffre à jouets du futur

Fan de SF, traducteur de Van Vogt, Boris Vian a mis son humour et sa fantaisie au service d'un nouveau genre.

dans son Encyclopédie de la conjecture romanesque rationnelle francophone (2018), Pierre Versins écrit que, « pour supputer la congruence [de Boris Vian avec la science-fiction], il n'est nullement besoin d'être grand clerc, ni petit. Elle aveugle. La SF, Vian a fait dedans, autour, dessus, aux environs et par ailleurs ». C'est que Vian fut d'abord un fan - et même l'un des premiers, puisqu'il découvrit la science-fiction américaine en version originale et fit beaucoup pour révéler son existence au public français. Avec Michel Pilotin, alias Stephen Spriel, autre amateur précoce, il écrivit « Un nouveau genre littéraire : la science-fiction », texte fondateur paru dans Les Temps modernes en octobre 1951, avant de rejoindre le club des Savanturiers créé par le même Pilotin, en compagnie de Raymond Queneau, Pierre Kast et France Roche. À ce moment-là, Vian était déjà profondément engagé dans la promotion du genre ; sur recommandation de Queneau, il ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon