Un artiste de la loi

Un artiste de la loi

Le principe du contradictoire, explique un juriste, est essentiel dans l'oeuvre d'un écrivain docteur en droit.

kafka était juriste de formation et de métier : deux ans après avoir obtenu son doctorat en droit, il entra en 1908 au service des « Assurances ouvrières contre les accidents pour le royaume de Bohême », puis consacra toute sa vie professionnelle à la mise en oeuvre de la loi que l'Autriche-Hongrie avait adoptée en 1887 - onze ans avant la France - pour imposer l'assurance des risques d'accidents du travail. Les spécialistes de Kafka se disputent sur le point de savoir si son métier de juriste a entravé ou au contraire a nourri son travail littéraire. Son journal ou sa correspondance donnent matière à soutenir chacun de ces deux points de vue, ce qui ne doit pas surprendre car pas une affirmation ne se trouve sous sa plume qui ne soit immédiatement retournée pour être considérée d'un point de vue différent. De ses études de droit, il écrit ainsi qu'elles ont consisté à « se nourrir spirituellement d'une sciure de bois que, pour comble, des milliers de bouches avaient déjà m ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon