Un archaïsme novateur

Un archaïsme novateur

Puisant mots et motifs dans un lointain passé, Tolkien a pu être perçu comme un antiquaire rétif à la modernité. Il invente pourtant ainsi une langue très vive et polyphonique.

L' oeuvre de Tolkien est associée à l'idée d'archaïsme, dans le même mouvement spontané qui en fait un parangon du « médiévalisme ». Cela accroît son pouvoir de séduction, tout en l'écartant du sanctuaire de la « grande littérature » : pour y entrer, en effet, l'originalité ne suffit pas si elle n'est pas perçue comme de l'innovation et ne semble pas s'inscrire dans un mouvement historique orienté dans le bon sens (c'est-à-dire surtout pas vers le passé). C. S. Lewis vilipendait le « snobisme chronologique » qui pèse sur les jugements critiques en imposant une note a priori négative à tout ce qui incite à regarder vers l'arrière. Antimoderne convaincu, il savait qu'il identifiait là un opposant inconciliable à la reconnaissance de son entreprise d'écrivain, comme de celle de son ami Tolkien.

Cet archaïsme de Tolkien, on peut le voir partout : dans sa matière qui nous ramène tantôt dans un arrière-temps légendaire, tantôt dans une sorte de « Moyen Âge » ; dans la fact ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes