Un accident fabuleux, Maladie et découverte de soi

Un accident fabuleux, Maladie et découverte de soi

L'écrivain britannique Paul West, installé aux Etats-Unis depuis de longues années, témoigne dans Un accident miraculeux, Maladie et découverte de soi , de son expérience de « toute une gamme de dégénérescences » qui l'ont atteint - urticaire, taches cutanées, migraine, accident cérébral, diabète... Nietzsche disait que ce qui ne nous tuait pas nous rendait plus fort. Tel est le sens spirituel de la « sorcellerie infernale » expérimentée par l'auteur du Palais de l'amour et de L'obscur de notre jour : « Je suis devenu ce que je suis non pas malgré ce qui m'est arrivé, mais grâce à ce qui m'est arrivé. » Il y a un côté Journal intime du cinéaste italien Nani Moretti dans la distance ironique adoptée par le poète et romancier. Sa plume est une merveille de transparence. West scrute ses symptômes avec « une ferveur de philatéliste ». Dans la tradition de Proust et de Sir Thomas Browne, il veut considérer la maladie comme la forme suprême ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé