UN « GAY TRIO »

UN « GAY TRIO »

Cyrano fut brocardé par certains de ses contemporains pour son homosexualité, qu'on a eu tendance à oublier par la suite.

Non seulement Savinien Cyrano de Bergerac ne fut pas amoureux de sa cousine, mais il préférait les garçons. Son compagnon d'armes Henry Le Bret, qui publia de façon posthume son voyage dans la Lune, ne l'éludait pas dans sa préface biographique : « Cet âge [19 ans] où la nature se corrompt plus aisément, et la grande liberté qu'il avait de ne faire que ce que bon lui semblait, le portèrent sur un dangereux penchant, où j'ose dire que je l'arrêtai. » Il n'en expurgea pas moins des scènes clairement homoérotiques dans le récit : le narrateur qui se fait « chatouiller » par de jeunes garçons, ou des chevaliers sélénites qui portent à leur ceinture, en lieu et place des épées, des phallus d'or.

Le poète Scarron, contemporain de Cyrano, n'y va pas par quatre chemins : « Cyrano et Chapelle, il ne m'importe guère/ Lequel est par-devant, lequel va derrière. » Claude-Emmanuel Luillier, dit Chapelle, est lui-même un littérateur, de sept ans le cadet de Cyrano. Selon Madeleine Alcover, ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon