Umberto Eco, la reconquête du souvenir

Umberto Eco, la reconquête du souvenir

Dans la mystérieuse flamme de la reine loana , Umberto Eco met en scène un amnésique qui entreprend de reconquérir son passé. Un grand roman où l'auteur, pour la première fois, esquisse une autobiographie.

Contre la mode de l'originalité qui les a en horreur, Umberto Eco n'hésite jamais à utiliser les lieux communs. Comme leur nom l'indique, les lieux communs sont des endroits du texte - des figures, des métaphores, des marques du discours - où tous les lecteurs peuvent se réunir dans une lecture semblable quelles que soient leurs origines, leurs compétences, leur culture.

La Mystérieuse Flamme de la reine Loana se construit sur un lieu commun : à la suite d'un accident cardio-vasculaire, un libraire en livres anciens se réveille à l'hôpital en ayant tout oublié de sa vie antérieure. Tout, sauf ce qu'il nomme sa mémoire encyclopédique, le savoir appris dans les livres. Giambattista Bodoni - homonyme du grand imprimeur - peut réciter par coeur des poèmes rares, enchaîner les citations en une immense guirlande baroque et humoristique, convoquer le lexique ésotérique de la bibliophilie la plus sophistiquée, il ignore tout de sa femme, de sa famille ; tout de lui-même : de ce qu'il ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard