Ubu

Ubu

La mauvaise poire de Jarry réinvestit la Comédie-Française. Retour sur la généalogie d'un monstre, héritier indigne d'une longue lignée bouffonne.

Ça tombe bien, on est en pleine merdre : oui, puisque selon le calendrier pataphysique, le dixième mois de l'année, qui court du 18 mai au 14 juin, a été baptisé « merdre », ce fameux mot jailli en public le 10 décembre 1896 de la bouche de l'acteur Firmin Gémier incarnant Ubu, déclenchant du coup des salves de hourras et de gifles dans le monde du théâtre. La fortune d'Ubu était faite. Premier atout : un nom simple, vaguement puéril, et qui plus est palindromique. Deux syllabes qui fleurent bon Rabelais et les bancs de l'école. Et pour cause : car si, techniquement, Alfred Jarry est le père d'Ubu, cet inquiétant légume autocrate qui ne cesse de jurer par sa chandelle verte, biologiquement, l'affaire est plus complexe, et la quête des sources révèle qu'en littérature les géniteurs sont tous des amants de passage. On pourrait ainsi fouiner du côté de chez Rabelais pour expliquer les tendances scatologiques et la soif monumentale, barboter dans Shakespeare pour mieux comprendre la mac ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Grand entretien

Claire Marin © HANNAH ASSOULINE/Ed. de l'Observatoire

Claire Marin
Auteure de Rupture(s) (éd. de l'Observatoire)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine