Tweets à sauts et à gambades

Tweets à sauts et à gambades

Il y a quelques jours, le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture, affirmait que la pratique de la brièveté de Twitter et sa limite de 140 caractères était aussi ancienne que les préceptes lapidaires du Christ. Quoi qu'on en pense, le rôle de Twitter comme atelier d'écriture vient d'être réaffirmé par un écrivain que l'on avait plutôt pris l'habitude d'associer aux patientes discussions nocturnes de son émission sur France Culture, « Du jour au lendemain », Alain Veinstein. Dans Cent quarante signes (éd. Grasset), un « autoportrait par miettes » produit sur son compte @AVeinstein se transforme en un roman par tweets « où la vie vécue et la vie rêvée du narrateur sont amenées à se rencontrer » en une forme d'autofiction à sauts et à gambades, nous menant d'aphorismes poétiques à la chronique de lecture, de rencontres énigmatiques à des réflexions sur l'écriture, d'une morale par coups d'oeil à des hallucinations. Tweeter devient alors « ce ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé