Tueurs en Série

Tueurs en Série

Depuis sa naissance en 1945, la Série Noire a publié plus de 2 900 titres. Si elle ne renie pas la gouaille canaille de ses débuts, elle s'est ouverte à une grande variété de registres.

Si Paris fut, dans l'entre-deux-guerres, un refuge pour les écrivains américains, la littérature policière américaine prit son essor, en France, à la Libération, dans la foulée des GI's. La mythique « Série Noire », née en 1945 aux éditions Gallimard sous la direction de Marcel Duhamel mais véritablement propulsée en 1948, y a beaucoup contribué. C'est Jacques Prévert qui souffla le nom appelé à devenir emblématique, tandis que Germaine Duhamel, femme de Marcel, dessina la célèbre couverture jaune et noir. La Série Noire fêtera en 2015 ses soixante-dix ans. « Temple du polar américain des durs à cuire, puis du roman policier contestataire à la française », elle a inscrit à son catalogue les écrivains britanniques Peter Cheyney (La Môme vert-de-gris, et Cet homme est dangereux, les deux premiers titres de la Série, traduits par Duhamel) et James Hadley Chase (La Chair de l'orchidée), les Américains James Cain (Dans la peau), Raymond Chandler (A ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon