Tromperie d'un jour, tromperie toujours

Tromperie d'un jour, tromperie toujours

Parus en 1959 et jamais réédités jusqu'ici, Les Dupes rassemblent trois nouvelles de Jean Dutourd : un conte voltairien désopilant sur un lycéen parti faire la guerre d'Espagne ; un dialogue de théâtre entre un athée rationaliste et le diable apparu au coin de son lit ; et une vraie-fausse notice (procédé inspiré à l'auteur par sa lecture de Borges) sur un révolutionnaire utopiste. Paru dans La NRF, ce dernier texte avait inspiré à André Breton une critique déconcertante d'imbécillité sur le thème des limites du droit à l'humour et au canular. Jean Dutourd l'a incluse dans le recueil, pour se moquer de lui. Le romancier et critique Kléber Haedens, comptant à l'époque les points du match entre le jeune farceur et son glorieux aîné, avait conclu à la victoire du premier. Soixante ans plus tard, la victoire est encore nette, et le livre toujours savoureux.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé