Trois prophètes du Livre

Trois prophètes du Livre

Huysmans, Bloy et Claudel ont travaillé le substrat biblique avec leur talent propre, et la liturgie eut pour eux le statut de l'écriture elle-même.

c'est à propos de la Bible - ou plutôt de l'Écriture sainte, comme ils disent tous trois, plus conformément à la tradition catholique - que Paul Claudel fait l'éloge de Léon Bloy (« Du sens figuré de l'Écriture ») ; c'est bien lui en effet, héritier d'Ernest Hello et de l'abbé Tardif de Moidrey, qui introduit dans le domaine littéraire une vision de l'Écriture autrement profonde que celle que le père Tilliette a appelée l'« exégèse lyrique au XIXe siècle ». Il s'agit, chez nos trois « convertis », d'un rapport beaucoup plus intime, quasi viscéral, à un texte connu d'abord à travers son usage liturgique, pratiqué de façon quotidienne dans sa version latine, et qui devient le substrat de leur oeuvre, quels que soient les genres littéraires choisis. Citant l'Écriture elle-même, ils se désignent comme des « âmes profondes » que cette lecture méditative arrache à la « fascination de la bagatelle » (Livre de la sagesse, IV, 12) qui étouffe le monde contemporain.

Tous troi ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Amazonia », Patrick Deville, éd. du Seuil