Triste troupier

Triste troupier

L'année des cent ans de l'armistice de la Première Guerre mondiale, revenons sur ce monument satirique dont l'histoire débute à Prague le 28 juin 1914, jour de l'assassinat de l'archiduc François-Ferdinand. Švejk est enrôlé dans l'armée austro-hongroise, qui se rend bien vite compte de l'ineptie de ce soldat. Mais ce n'est pas l'avatar ingénu de l'auteur, alcoolique irrécupérable, voleur et vendeur de chiens, que cette oeuvre tourne en ridicule. À travers ses tribulations, toutes les institutions sont visées, à commencer bien sûr par l'armée. Sous le comique et la fausse naïveté, la rage de l'auteur est palpable.

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !