Tristan et Iseult, sans filtre

Tristan et Iseult, sans filtre

Si le philtre d'amour reste au coeur de la légende médiévale, cette mouture du XVe siècle est nettement plus leste et plaisante, très loin des pudeurs académiques.

Saviez-vous que les chevaliers du royaume de Cornouaille étaient nuls ? Que Tristan, lorsqu'il connut bibliquement Iseult, jouissait déjà d'une sacrée expérience en matière d'amours adultères et d'enlèvements de damoiselles plus ou moins consentantes ? Que son ancêtre avait vaincu au jeu des devinettes un géant pervers qui posait des énigmes où il révélait ses turpitudes sexuelles ? Que, avant de se disputer Iseult, Tristan et le roi Marc s'étaient déjà écharpés pour l'amour d'une dame (mariée) ? Saviez-vous que, allant chercher Iseult en Irlande, Tristan fut précipité par une tempête chez le roi Arthur ? Si non, c'est que vous avez manqué des épisodes. Normal : ils n'étaient jusqu'ici pas traduits.

Tristan et Iseult est un des canons de la littérature française. Il conte la passion illégitime, charnelle et fatale, car par un philtre suscitée, entre le beau chevalier Tristan et la blonde irlandaise Iseult, promise puis épouse du roi Marc de Cornouaille, oncle de Tris ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article