Trajectoire de l'idiot

Trajectoire de l'idiot

C'est l'histoire d'un « parfait exemple », un enfant sans parent, sauvé par la générosité de l'État, parvenu à trouver un métier respectable, lui assurant un train de vie honnête... Denis est gaveur de canards ; il officie dans une église-usine, l'« Abbaye », lieu de pèlerinage où se pressent grabataires, tétraplégiques et autres femmes-troncs, et où l'on vend du foie gras bénit ; il vit dans un appartement en kit, dont les murs en papier sont parfaitement amovibles et collectionne les points Esso. Nouvelle figure de l'« idiot » du village, rien ne le prédispose à vivre les expériences pathétiques, folles, parfois insupportables qu'il va partager avec Roger, toxicomane illuminé qui s'est amouraché de lui.

Dans son deuxième roman, Thibault Lang-Willar dépeint un monde décalé, où les bateaux s'échouent en déversant dans la mer des cargaisons de liquide vaisselle, où l'on se confesse grâce à des machines aux airs de Photomaton, où la fiction singe la réalité... Dans cet univers ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard