TRAITS D'ESPRIT

TRAITS D'ESPRIT

Par sa disposition typographique, Le Coup de dés de Mallarmé, loin d'avoir « aboli le hasard », a relancé à jamais le dialogue entre poésie et arts visuels. À l'époque du cubisme et du surréalisme, peintres et poètes s'associent dans des oeuvres communes. En témoigne Le Chant des morts, qui, selon Pierre Reverdy, « n'est pas un livre illustré, mais un manuscrit enluminé par Picasso ». Entre 1947 et 1948, le peintre espagnol se lance dans l'illustration des quarante-trois poèmes composés par Reverdy au cours de la Seconde Guerre mondiale. Il dessine alors près de cent vingt-cinq dessins sur plaque de zinc, qui entourent et soutiennent le manuscrit lithographié. De vifs traits de peinture orange tracent une grille de lecture quasi primitive qui investit et anime les poèmes. Folio présente ce texte dans un coffret de cinq volumes, Des poètes et des peintres : une série de livres de poche consacrée à des couples d'artistes (Man Ray et Paul Éluard, Michel Leiri ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« Je reste roi de mes chagrins », Philippe Forest, éd. Gallimard