Tragédie en sous-sol

Tragédie en sous-sol

Un homme enchaîné dans une cave ignore les raisons de ses déboires. Le lecteur l'apprendra, au risque de côtoyer l'enfer.

Franck Bouysse a l'univers noir et l'obsession tenace. Alors qu'est sorti en janvier le très beau Né d'aucune femme, il est passionnant de se replonger dans ce roman sorti en 2014. Comme la Rose de Né d'aucune femme, vendue à un maître de forges puis enfermée quatorze ans dans un asile, le héros d'Oxymort se retrouve enchaîné dans une cave. Commence alors la lente remontée en flash-back d'une histoire d'amour dont il ignore encore que c'est elle qui l'a mené là.

Destins soumis au hasard des frustrations amoureuses, folie du sentiment qui envahit tout, attention aux « gens de peu »... Les héros de Franck Bouysse sont déjà là, ceux que, de Glaise en Né d'aucune femme, il enfermera dans l'enfer de leur destin. Son écriture : phrases courtes, syncopées, mots brûlants jetés sur la page, au risque de l'emphase. Il est passionnant de lire les deux ouvrages et de voir comment l'auteur, en quatre ans, a dompté un lyrisme parfois ridicule (« ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article