Toutes les voix de l'Italie

Toutes les voix de l'Italie

TOULOUSE (31) Du 28 juin au 1er juillet

Manifestation pionnière dédiée à la lecture à haute voix, le Marathon des mots fera résonner cette année tous les accents de la littérature italienne. Sergé Roué, son directeur, nous présente ce volet transalpin de la manifestation, qui s'ouvrira aussi au printemps arabe et à la littérature québécoise, aux oeuvres de Modiano et de Georges Perec.

Vous avez choisi d'organiser des lectures des oeuvres italiennes par des comédiens en présence de l'auteur. Pourquoi ce dispositif particulier ?

Sergé Roué. La lecture à haute voix, c'est, depuis sa création en 2005 par Olivier Poivre d'Arvor et Olivier Gluzman, la marque de fabrique du Marathon des mots. La priorité est donnée aux textes, aux mots de l'auteur, à l'écoute attentive, souvent magnifiée par la voix d'un comédien. La présence de l'auteur et parfois même sa lecture permettent l'échange avec le public, sans barrière, après avoir pris connaissance d'un extrait du roman.

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon