Toute l'horreur du monde

Toute l'horreur du monde

Dans l'Allemagne encore traumatisée par le conflit de 14-18, surgissant parmi une déferlante de romans de guerre, paraît en 1929 un chef-d'oeuvre, « A l'Ouest rien de nouveau » d'Erich Maria Remarque. Un immense succès populaire qui déclencha de vives polémiques.

La guerre se trouve présente dès 1916 dans la littérature allemande, mais c'est à partir de 1927 environ qu'elle envahit le marché du livre : les romans de guerre déferlent. Ce flot se conjugue avec des romans sociaux qui montrent une autre guerre, économique celle-là, marquée par la montée du chômage. Un chef-d'oeuvre arrive en 1929, sous la plume d'un journaliste spécialisé dans les sports et s'adonnant, jusqu'ici, à une littérature plutôt légère : le roman A l'Ouest rien de nouveau 1. Erich Maria Remarque, son auteur, s'appelle de son vrai nom Erich Paul Remark. Né à Osnabrück en 1898, il a eu du mal à publier son livre. Après avoir essuyé plusieurs refus dans des maisons d'édition, il obtient du quotidien Vossische Zeitung , la Gazette de Voss, qu'il soit publié en feuilleton à partir de novembre 1928. Devant le succès, une publication en volume est alors tentée, à la fin janvier 1929, par le groupe de presse et d'édition auquel appartient le journal, le consortium Ulls ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon