Tout est relatif

Tout est relatif

Les carnets de celui qui a révolutionné le temps révélent un homme englué dans le sien.

Le 18 novembre 1922, Albert Einstein débarque à Tokyo, assailli par la foule. L'aura du Nobel de physique (1921) dépassait déjà le cercle de la communauté scientifique - plus tard, son cerveau devenait l'un des mythes de Roland Barthes : « [...] et la mort a été pour lui, avant tout, l'arrêt d'une fonction localisée : "Le plus puissant cerveau s'est arrêté de penser." »

Ce Journal de voyage s'inscrit dans la prolongation du « mythe Einstein », tout en l'écornant au passage. Le scientifique a rédigé ces notes personnelles au cours de deux croisières qui l'amènent des côtes de la Méditerranée jusqu'au Japon en passant par l'Inde et la Chine. La Palestine fait aussi l'objet d'une étape. Sur la colonisation israélienne, il note : « Les difficultés viennent uniquement des intellectuels et pas seulement de ceux d'origine arabe. » Einstein observe voyageurs et paysages, relate conférences et rencontres, et - c'est là que le bât blesse - considère les populations qu' ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes