Tous aux abris

Tous aux abris

Un répertoire des constructions inventives et radicales germant dans les marges urbaines.

Face au saccage écologique, la réponse que suggère Marielle Macé est un élan créateur : imaginer de nouvelles façons d'habiter ce monde abîmé, « se nouer parce qu'on est déliés ailleurs », dans une attention toujours élargie à la diversité des formes de vie. Nos cabanes s'inscrit d'ailleurs dans la continuité de son essai précédent, Sidérer, considérer. Migrants en France, 2017, dans lequel, confrontée au constat de vies délaissées, elle plaidait pour que la sidération face à la vulnérabilité laisse place à une vigilance renouvelée et active. Ici, elle invite à repérer ce qu'il y a de commun entre les cabanes qui s'érigent sur les ZAD et aux marges des villes, les abris d'urgence ou de chantier, les cahutes des jardins ouvriers et les yourtes touristiques : autant de gestes inventifs qui expriment un désir de vivre malgré tout - les destructions, pollutions et expulsion.

Escortée de ses alliés fétiches que sont les poètes, essayistes et art ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Nos livres

« La Filiale »,Sergueï Dovlatov, traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs (éd. La Baconnière)

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine