Toujours tout Choses

Toujours tout Choses

Le premier roman de Georges Perec, paru il y a cinquante ans, demeure d'une rare actualité.

Les Choses ont 50 ans. On sait que Georges Perec, leur auteur, aimait jouer. Avec les lettres, leur présence, leur absence. Avec les mots, les phrases, les constructions, les structures, avec le roman et le récit qu'il a désossés formidablement, comme un enfant s'obstine à vouloir comprendre ce qui constitue son jouet et comment il fonctionne.

Pour autant, et comme nous invite à le faire ce demi-siècle dont désormais la pourriture noble nimbe le texte, il y a un autre Perec que le bricoleur de génie. Et notamment celui des débuts puisque, faut-il le rappeler, Les Choses sont un premier roman publié chez Julliard en 1965 par Maurice Nadeau. Un roman de jeune homme conçu par un homme jeune qui a l'âge de ses héros, Sylvie et Jérôme, et se voit immédiatement couronné par le prix Renaudot.

L'objet est mince, resserré, tendu. Que du maigre. Aucune des boursouflures et épanchements qu'on trouve parfois dans les oeuvres de débutant. Une dizaine d'an ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : Révolution aux confins, Annette Hug, traduit de l'allemand Suisse par Camille Luscher, éd. Zoé