Touche pas à ma culture

Touche pas à ma culture

Lancé en 1978 par l'Américano-Palestinien Edward Said dans L'Orientalisme, le débat sur « l'appropriation culturelle » prend aujourd'hui, entre réflexion féconde et essentialisme racial, une ampleur inégalée.

En 2016, Jonathan Franzen déclarait à un journaliste n'avoir jamais écrit de livre sur la question raciale parce que, « c'est une confession embarrassante, je n'ai pas beaucoup d'amis noirs. Je n'ai jamais été amoureux d'une femme noire. Je crois que, si c'était le cas, j'oserais ». Son manque d'« expérience directe » l'empêchait donc d'imaginer un personnage d'une autre race que la sienne. Il se soumettait à une injonction grandissante de l'époque, façonnée à force de scandales répétés : créer dans la limite de son identité, « rester dans [son] couloir », comme l'écrit Zadie Smith dans le texte ci-contre. Est-ce vraiment ce à quoi condamne la notion d'« appropriation culturelle » ?

Le Cambridge Dictionary définit le terme ainsi : « prendre ou utiliser des éléments d'une culture différente, sans montrer que l'on comprend ni respecte cette culture ». Difficile d'en faire la généalogie : le terme s'est répandu dans les milieux universitaires américains dans les années ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon