Tortue tuée à tort

Tortue tuée à tort

Digressions littéraires et loufoques sur la mort par négligence d'un animal de compagnie.

De l'oraison funèbre à la péroraison, il n'y a qu'un pas pour Éric Chevillard. Une nouvelle fois pour l'écrivain, un argument infinitésimal se gonfle d'une série de digressions désopilantes. Dans L'Explosion de la tortue, tout part d'une onomatopée : « Crac ». C'est le bruit de la carapace du reptile qui cède sous le pouce du narrateur. Pour cause, ce dernier s'était enfui en vacances en laissant son animal seul à Paris, ayant concocté à la sauve-qui-peut un stratagème - in fine inefficace - pour que la tortue ait de quoi manger en son absence. Entre une lamentation contrite et un déni d'impénitent, le propriétaire de la tortue se retrouve à méditer sur l'existence, la vie, la mort... Florilège de ces remarques plus ou moins générales : « Voici comment le mammifère supérieur survivait au dinosaure et ce que cela augurait pour le monde » ; « C'est donc pour cela que toujours les utopies s'enlisent dans leurs limbes » ; « L'association mayonnaise/tortue ne va pas de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon