Toni Negri, bâtir une nouvelle modernité

Toni Negri, bâtir une nouvelle modernité

Philosophe italien au passé mouvementé, Toni Negri vient de faire paraître trois ouvrages. Peu commenté en France, il occupe une place essentielle dans l'analyse de la mondialisation néolibérale.

Un des inspirateurs théoriques majeurs des « altermondialistes » depuis les deux livres qu'il a écrits avec l'Américain Michael Hardt - Empire , salué par le New York Times comme « la première grande synthèse théorique du nouveau millénaire » et par Slavoj Žižek comme « le Manifeste communiste du xxie siècle », et Multitude -, Antonio dit « Toni » Negri demeure relativement peu lu et peu commenté en France. Il y vit et y enseigne pourtant depuis plus de vingt ans, avec une interruption de six années, au cours desquelles il fut emprisonné en Italie puis mis sous régime de liberté surveillée. Serait-ce son passé de militant politique « autonome », accordant un rôle central aux ouvriers hors de leurs organisations représentatives, partis et syndicats, dans la lutte politique, et surtout l'accusation de complicité dans l'assassinat du Premier ministre Aldo Moro, qui fut portée contre lui, sans preuves, en 1979, et qui l'amena à émigrer en France, qui indispose ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon