Tolkien, l'oeuvre-monde

Tolkien, l'oeuvre-monde

Longtemps Tolkien fut considéré avec un dédain semblable à celui que certains de ses personnages humains réservent aux hobbits : on ne le prenait pas pour un grand écrivain, tout au plus un demi-grand qui s'ébattait sur un territoire tissé de légendes, bien éloigné des enjeux de la littérature de son siècle. Un original, en somme, dont les passions n'avaient sens que pour lui - et, certes, pour les quelques millions de naïfs rêveurs qui partageaient sa manie des elfes et des dragons !

Ces a priori n'apparaissent plus viables aujourd'hui. Défiant les préjugés, une génération d'universitaires s'est attachée à montrer les richesses de l'oeuvre de Tolkien ; à mettre à nu ses racines plongeant dans des strates littéraires anciennes. Ils ont souligné la floraison des noms, vocables, langues, qu'il fit éclore sur les terres de sa création. Ils ont révélé la congruence entre ses travaux de philologue et son oeuvre littéraire. Ils ont dégagé le socle catholique sur lequel il ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon