Thomas Piketty France, 1971

Thomas Piketty France, 1971

Avec ses 2,5 millions d'exemplaires vendus, son Capital au XXIe siècle (2013) a remis sur le devant de la scène la question des inégalités.

quand, en 1993, le jeune Thomas Piketty (22 ans) soutint sa thèse de doctorat sur « la théorie de la redistribution des richesses », le thème des inégalités passait, en économie, pour une vieille lune marxiste et un problème face auquel on ne pouvait pas grand-chose, au risque de casser la logique libérale censée être « optimale ». Or qui ne voit aujourd'hui la centralité de la question ? Du Brexit à nos gilets jaunes, via Trump, la coalition italienne Ligue-Cinq Étoiles, et autres, l'explosion des inégalités a partout déstabilisé le terrain politique. En persévérant dans l'étude chiffrée de ces inégalités, Thomas Piketty s'est imposé comme « le » lanceur d'alerte économico-politique du début de ce nouveau siècle.

Sa solution, avancée dans Le Capital au XXIe siècle, d'un impôt mondial sur les fortunes est impraticable. Si, comme il l'explique, les inégalités de patrimoine sont encore plus accusées que celles des revenus et les renforcent sans cesse ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon