They had a dream

They had a dream

Martin Luther King a été assassiné il y a cinquante ans. Les idées et combats du pasteur noir gagnent à être mis en regard avec ceux de James Baldwin, dont le film I'm Not Your Negro vient de rappeler l'aura aux États-Unis.

le 4 avril 2018, le pays présidé par un suprématiste blanc, défenseur de la brutalité policière dans les ghettos et de la reconnaissance de la discrimination subie par les Blancs face aux minorités, rendra hommage à Martin Luther King. On sait déjà ce que seront les grandes lignes rhétoriques de l'imposture. Lors du jour férié consacré, en janvier, à honorer la mémoire du pasteur sacrifié, le président avait tweeté : « Le rêve de King était notre rêve. Le rêve américain. » Rien n'est plus éloigné de la vérité que ce rapatriement du dissident parmi les chantres du chauvinisme arrogant et du capitalisme roi. Mais ce révisionnisme historique n'est pas nouveau. On peut sans doute d'autant mieux cerner le « rêve » de Martin Luther King qu'on le place en contrechamp de son contemporain James Baldwin, dont le récent documentaire de Raoul Peck, I'm Not Your Negro, a rappelé l'importance capitale, singulièrement sous-estimée en France. Les deux figures gagnent à être consid ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Entretien

Michel Winock © Ed. Perrin

Michel Winock : « Il ne faut pas enterrer la gauche trop vite »

S'abonner au magazine

S'abonner au magazine