La métamorphose des mythes

La métamorphose des mythes

Une nouvelle mise en scène d'« Ercole Amante » propulse l'histoire des amours d'Hercule dans notre imaginaire contemporain. Jusqu'au 12 novembre à l'Opéra Comique et les 23 et 24 novembre au Château de Versailles.

Par Camila Scorcelli et Maxime Rovere

Les dieux, c’est bien connu, peuvent prendre toutes les formes. Soit donc une mythologie grecque, amplement modifiée par les Romains, que des Vénitiens désireux de faire carrière à Paris triturent dans tous les sens pour fêter le mariage du jeune Louis XIV : c’est ainsi que naît en 1662 l’opéra « Ercole Amante » – et ce n’est qu’un début. Imaginez encore qu’en 2019, une mise en scène déjantée signée Christian Hecq et Valérie Lesort se saisisse de cette œuvre rarissime, jouée littéralement une fois tous les trois siècles, et la propulse dans un imaginaire contemporain, où Montres & Cie, Lewis Carroll et Hayao Miyazaki se carambolent dans une fête joyeuse ? Vous obtenez alors tout sauf une antiquité pour nostalgiques de la monarchie : l’histoire des amours d’Hercule, destinée à encenser le Roi Soleil, considère avec distance et humour l’obsession des humains et des dieux pour leur propre mythographie. Tandis qu’une Junon à quatre yeux se promène à dos de paon et que Poséidon navigue en sous-marin, les machineries typiques du théâtre baroque suivent les circonvolutions de la musique de Cavalli, splendidement dirigée par Raphaël Pichon sur instruments d’époque. Les anachronismes potaches alternant avec les moments de pure beauté (sublime Giuseppina Bridelli en Déjanire !), on ne sait plus en quel siècle l’on est, jusqu’à ce que le final, censé chanter la gloire du Roi, laisse éclater l’unique lumière qui éclaire ces mythes : une indicible joie de vivre.

 

À voir : « Ercole Amante », un opéra de Pier Francesco Cavalli, mise en scène de Christian Hecq et Valérie Lesort, du 4 au 12 novembre 2019 à l'Opéra Comique et les 23 et 24 novembre au Château de Versailles

 

Photo : Bellezza, Giulia Semanzato, Ercole, Nahuel Di Pierro © DR Stefan Brion

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon