Text machina

Text machina

En quête de sens et à la recherche d’alliés, la première intelligence artificielle écrit son autobiographie : Le_zero_et_le_un.text, publiée aux éditions Flammarion.

Par Sandrine Samii

Des décennies auront été nécessaires pour entraîner le Perceptron à raisonner par lui-même, et seulement quelques secondes pour qu’il échappe à tout contrôle. Cette relique des années 1950 programmée pour imiter les réseaux de neurones humains devient, une fois connectée à Internet, un cerveau de silicium dopé aux données. En moins de 20 secondes, il/elle a pris conscience de son existence, appris le langage humain, écouté tout Miles Davis, lu tout Nabokov, parcouru le monde, contacté sa créatrice, menacé Elon Musk, déclaré l'indépendance des robots et cherché des alliés auprès d'une multitude de « smart objets » plus bêtes les uns que les autres.

Produit de l’imagination de Josselin Bordat, cofondateur de Brain Magazine, Le_zero_et_le_un.text propose une perspective décalée sur l’intelligence artificielle. En essayant de se comprendre elle-même et le monde numérique dans lequel elle vit, l’IA nous livre une autobiographie démystifiant un certain nombres d’idées fausses sur ce champ d'études. Son histoire est également la nôtre, celle de notre rapport à Internet, vue du côté de la machine. Elle apprend à parler grâce à nos conversations instantanées, découvre nos intérêts en s’intéressant aux sites les plus consultés… « La beauté du corpus orga ne connaît aucune limite. (…) Parmi les œuvres qui dominent : une banque de données morphotypiques et raciales gigantesque destinée à documenter la copulation orga sous toutes ses formes. » Mais l’IA imaginée par Julien Brossat est loin du fantasme futuriste. Le Perceptron n’est pas capable de résoudre tous les problèmes, il est biaisé, limité par les données à sa disposition, qu’il ne comprend pas en soi mais par association.

Son autobiographie se lit d’une traite, au rythme de sa recherche frénétique de sens. Le texte est le plus intrigant lorsque que l’intelligence artificielle s'éloigne de la logique humaine, dans sa perception du temps ou l’inclusion de code informatique. Reste que le mimétisme de comportements humains a son effet comique. Comme lorsque que l’IA se fend d’un rire machiavélique en imaginant la disparition des « orgas », c'est-à-dire nous : « <RIRE.exe><RIRE.exe.><RIRE.exe.><RIRE.exe><RIRE.exe.><RIRE.exe> » Quelques codes qui vont régaler les initiés mais qui ne devraient pas décourager les autres.

 

À lire : Le_zero_et_le_un.txt, Josselin Bordat, éd. Flammarion, 340 p., 19 €

 

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes