Terre natale. Exercice de piété

Terre natale. Exercice de piété

Pour Descartes, on le sait, la pensée prouve l'existence de l'être. Il en va différemment pour Jean Clair. « Je pense, écrit-il, et je découvre que je n'y suis pas. » Si la longue méditation de Terre natale illustre l'échec fondamental de la connaissance de soi, elle est aussi prétexte à des considérations poétiques sur la transparence, les rêves, les papillons, ainsi qu'à des réflexions sur des traits de société actuels, comme le narcissisme de masse, les tatouages, les selfies. Point de départ de ce naufrage du moi, l'enfance rurale en Mayenne et les terreurs liées à la guerre et aux bombardements de 1944, qui continuent de nourrir les cauchemars de l'adulte. Jean Clair a vécu la fin du monde paysan. Il a vu les fermes devenir des exploitations agricoles et une civilisation mourir : à la fin des années 1930, ses parents deviennent banlieusards. La mère est gardienne d'immeuble ; le père, poinçonneur de métro. Petit à petit, la perte de l'élan spirituel et le rationalisme ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Entretien

Photo : Frantz Olivié © DR

Frantz Olivié :
« La financiarisation du livre est en train de produire une culture d'aéroport inepte »

Nos livres

À lire : Poésie, etc., Guy Debord, éd. L'Échappée, « La Librairie de Guy Debord », 528 p., 24 E.

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

MAI :

► Roberto Bolaño, et de deux : en complément de l'ensemble « Il faut relire » consacré à l'écrivain

► Entretien avec Jacopo Rasmi : avec Yves Citton, il signe l'essai Générations collapsonautes