Tendre est l'Inuit

Tendre est l'Inuit

Dans les splendeurs blanches de l'Arctique, une jeune fillese retrouve isolée après une fracture de la banquise.

Nous sommes chez les Inuits, en terre arctique, à une époque où ce peuple de chasseurs nomades n'avait besoin d'aucune ressource extérieure. En plein coeur de l'hiver, une jeune fille marche sur la banquise fracturée qui vient de la séparer de sa famille. Elle s'appelle Uqsuralik, un prénom qui la désigne « comme animal blanc, à la fois ours et hermine ». Elle n'a à présent d'autre choix que d'avancer sans se retourner et sait mettre les chances de son côté pour survivre : marcher vers la terre et les montagnes, construire un igloo quand elle doit se reposer, chasser pour se nourrir, et surtout trouver une autre famille. La vie en solitaire n'a pas grand sens chez les Inuits. Il faut, pour se préserver du froid, être entouré, posséder de bonnes armes, des vêtements solides, et trouver un espace où établir un véritable campement, où le gibier ne manque pas.

L'existence d'Uqsuralik sera bien remplie, rythmée par les saisons, bercée par le « souffle » de « toute la nature ». Tém ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

Ceux qui restent, Benoît Coquard, La Découverte, 280 p., 19 €.

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon