Tectonique du Tolkien théoricien

Tectonique du Tolkien théoricien

Face au surprenant succès populaire du Seigneur des anneaux, la critique littéraire s'est d'abord trouvée désemparée, quand elle ne condamnait pas de but en blanc un livre « hypertrophié », selon les termes d'Edmund Wilson. La parution du Silmarillion, qui rejette la plupart des conventions romanesques modernes, n'a fait que renforcer cette impression d'idiosyncrasie donnée par l'oeuvre de Tolkien. Les premiers commentateurs ont donc eu tendance à vouloir l'explorer de l'intérieur, à partir des discours tenus par l'auteur sur son oeuvre, sans nécessairement les remettre en perspective. Cette approche a donné naissance à de nombreux courants d'interprétations, selon l'aspect mis en exergue : mythologie dédiée à l'Angleterre, envie de lire de la littérature d'évasion, besoin de récits légendaires pour donner corps aux langues inventées, rejet du machinisme et de la modernité, mode narratif servant à exprimer des réflexions théologiques...

La longue missive de ...

Pour lire l’intégralité de cet article
EN REGARDANT LA PUBLICITÉ D'UNE MARQUE

Nos livres

À lire : « Le froid, roman en trois actes avec entractes », Andreï Guelassimov, traduit du russe par Polina Petrouchina, éd. Actes Sud

Offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire

Supplément web

Chaque numéro du Nouveau Magazine littéraire est complété d'articles en accès libre à lire sur ce site internet. 

DÉCEMBRE :

► Entretien avec David Djaïz, auteur de Slow Démocratie (Allary) : complément de la brève « La place de la nation »

NOVEMBRE :

 Dominique Bourg contre le « fondamentalisme de marché » : complément de l'article « Réchauffement politique »

► Version longue de l'entretien avec Yann Algan : le co-auteur de l'essai Les Origines du populisme analyse la montée de la défiance envers les institutions dans notre dossier « Cas de confiance »

► Paradoxale promesse : critique du dernier essai de Vincent Peillon