TCHEKHOV, L'UN DES PIONNIERS DU BAGNE

TCHEKHOV, L'UN DES PIONNIERS DU BAGNE

En 1890, Tchekhov séjourne trois mois dans une colonie pénitentiaire tsariste. Expérience éprouvante dont il fera un livre-témoignage.

Tchekhov ne pouvait que lever les bras au ciel, sourire tristement et montrer du doigt ce monde, d'un geste doux mais insistant. Il n'est pas resté assez longtemps à Sakhaline et, jusqu'à sa mort, il n'a pas eu l'audace d'utiliser ce matériau. » Ces propos abrupts sont de Varlam Chalamov, l'auteur des Récits de la Kolyma, camps où il a passé dix-sept ans. Chalamov ne se montre du reste pas plus tendre envers les grands ancêtres de la littérature concentrationnaire, qu'il s'agisse de Tolstoï ou même de Dostoïevski, lorsque celui-ci romance, dans Souvenirs de la maison des morts, ses quatre ans au bagne d'Omsk. Il dénonce tour à tour leur incompréhension du monde du crime ...

Pour lire l’intégralité de cet article
d’une marque et j’accède à l’article

Pour pour les fêtes, offrez un abonnement au Nouveau Magazine littéraire !